Je t’aime…Moi non plus / Te quiero… Yo tampoco

Mexico est une ville fascinante de contrastes. En 24 heures j’ai de nouveau ressenti l’ambivalence de ma relation avec cette ville à la fois magnifique et surprenante et parfois si difficile et désordonnée. L’arrivée en avion à Mexico City est toujours un spectacle impressionnant. L’idéal étant d’arriver de jour et par temps peu nuageux… Il est alors possible de contempler cette ville tentaculaire qui s’étend entre de hautes chaînes de montagnes. On aperçoit au loin le Popocatépetl et l’Ixtaccihuatl, qui ont inspiré la légende aztèque de deux amoureux transformés en volcans par les Dieux. Avant l’atterrissage on peut encore observer le parc de Chapultepec, grande étendue verte au milieu des buildings, ainsi que le fameux Estadio Azteca. La ville est si étendue que l’on a l’impression qu’elle est interminable, nichée entre ces hautes montagnes.

Une fois que l’on a atterri, on palpe de plus près ce mouvement perpétuel et incessant qui donne à cette ville tout son dynamisme mais qui peut être parfois fatigant ! Il faut être attentif à tout. Aujourd’hui, pleine de confiance, j’ai tenté de traverser la route en bonne et due forme (le bonhomme était vert). Il s’est trouvé en fait que les automobilistes ne souhaitant pas perdre trop de temps, ont TOUS décidé de griller leur feu rouge, et de foncer droit devant sans se préoccuper des piétons… Question de survie : une grand-mère avec une canne a couru un 60 mètres haies ! Les agents de circulation ont bien tenté de se mettre au milieu de la route pour arrêter tous ces conducteurs devenus fous mais il a fallu quelques minutes encore pour que les voitures freinent…Et le feu est repassé au vert !

México me fascina por sus contrastes. En solo 24 horas, sentí toda la ambivalencia de mi relación con la ciudad, a la vez magnifica y sorprendente y a veces tan desordenada y complicada ! Llegar a México en avión, siempre es un espectáculo impresionante. Llegar de día, y con un clima poco nublado, es la mejor manera para ver esto. Entonces, se puede observar esta ciudad extenderse entre las altas montañas. Vemos el Popocatépetl y el Ixtaccihuatl, que inspiraron la leyenda Azteca de dos novios que los dios decidieron transformar en volcanes. Antes del aterrizaje podemos observar el parque de Chapultepec, ala verde en medio de los building, y el famoso Estadio Azteca. La ciudad es tan extensa que parece infinita protegida por las montañas.

Una vez que aterrice se siente mas cerca el movimiento que da a la ciudad todo su dinamismo que, a veces, puede fastidiar. Siempre hay que ser atento a todo. Hoy, llena de confianza, intenté cruzar la calle como se debe (semáforo peatonal verde). Los conductores, que no quieren perder tiempo, decidieron saltarse el semáforo sin preocuparse por los peatones. Para sobrevivir una abuela con un bastón tuvo que correr un 60 metros vallas ! Los agentes de policía intentaron ponerse en medio de la calle para detener a los conductores locos pero necesitaron algunos minutos más antes de que frenen los carros…Y el semáforo se puso verde de nuevo ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s